BILLET n°116 – 24 novembre : Zao-Wou-Ki et Benoît Luyckx

20 janvier, 2019  |  LE BILLET

BILLET n°116 – 24 novembre : Zao-Wou-Ki et Benoît Luyckx

 

Je ne sais pas où vous étiez le 24 novembre, ni comment vous étiez habillés, avec un gilet jaune, avec un gilet violet, ou bien avec le gilet tricoté par votre mère, qu’importe, ce n’est pas le sujet, même si je ne le néglige pas au fond, bien au contraire…

 

Au Musée d’art moderne, dont l’accès se fait maintenant par le quai pendant les travaux, depuis le 1erjuin se tient l’exposition Zao-Wou-Ki (1920-2013), sous-titrée « L’espace est le silence », expression utilisée par Henri Michaux en 1949 pour désigner sa peinture. Leur rencontre fut décisive pour Zao-Wou-Ki, elle relança sa peinture à un moment où il doutait de son art et s’interrogeait sur la voie à suivre pour renouveler son œuvre.

 

L’exposition réunit des peintures, certaines de grands formats, quatre mètres de longueur en quatre panneaux assemblés pour l’une d’elle, ainsi que des encres de Chine sur papiers, marouflés ou non. Ces dernières, des grands formats aussi, réalisées à partir des années 1980, sont un hommage à la tradition picturale chinoise, dont il a longtemps refusé l’assujettissement. C’était pourtant un monde et une culture dans lesquels il a baigné durant près de trente ans, né dans une famille cultivée de Shanghai qu’il a quitté en 1948. Cependant Zao-Wou-Ki dit être chinois avant tout…

 

Peinture en deux dimensions, sur une toile montée sur un châssis, certes, mais tellement de profondeur, on pénètre dans un monde de couleurs, de touches subtiles, de balayages amples comme un tournoiement de voiles d’une danse « serpentine » de Loïe Fuller… Sont réunies la légèreté et la grâce des calligraphies chinoises. Dans ses peintures se côtoient les beaux fruits du hasard, l’imprévu lors des rencontres de couleurs et de matières, et de la nécessité, celle de l’artiste à faire une œuvre, sa poésie de couleurs et de matières.

Devant une toile de Zao-Wou-Ki

Benoît Luyckx est sculpteur, il est le fils de l’architecte Michel Luyckx, qui fit en Algérie une œuvre remarquable. Celui-ci réalisa, entre autres, un hôpital à Adrar en Algérie, en 1943, dont Auguste Perret, son ancien patron à l’Atelier de bois, fit l’éloge en écrivant : « Michel Luyckx a su faire surgir du désert, avec les moyens de son sol, ce vaste édifice, si bien adapté aux conditions permanentes de l’architecture, qu’il semble avoir toujours existé. »

 

Benoît Luyckx travaille le marbre et la pierre, donnant à ces matériaux une souplesse telle qu’ils donnent l’impression d’avoir été tordus, pliés, tailladés, comme si c’était du métal. Devant l’écrasante masse qui s’impose à lui, il joue avec la matière comme un dompteur avec un tigre ; peu à peu, comme le fauve devant son maître, la rugosité de la pierre s’adoucit aux gestes de l’artiste. Les ciselures s’animent comme les reflets des vagues de la mer, les cannelures ressemblent aux plis des déesses grecques, les statures allongées prennent l’allure hiératique des statues des cathédrales gothiques.  

 

Avec sa sculpture érigée sur le parvis de l’Hôtel de ville de Joinville-le-Pont, inaugurée ce 24 novembre, Benoît Luyckx offre aux habitants de la ville une vision de la beauté et de la force, et puis celle de la fraternité, une idée de la « rencontre ». C’est le titre qu’il a donné à son œuvre, érigée sur l’agora de la ville. Cette rencontre, c’est d’abord celle de cette pierre gris-bleu de Belgique, avec celle blanc-laiteux du marbre de Grèce, celle du marbre blanc du mont Pentélique. Cette carrière proche d’Athènes conserve le meilleur marbre depuis la Grèce antique et de celle-ci a été extrait au 5èmesiècle av. J.-C. le marbre ayant servi à la construction du Parthénon …

 

Ces deux blocs de pierre si différents, c’est aussi la « rencontre » du Nord et de la Méditerranée, la Belgique dont est originaire le grand-père de Benoît Luyckx qui, venu en France, se marie et s’installe à Compiègne, l’Espagne ensuite par sa mère et l’Algérie enfin où s’installe son père, venu suivre le chantier du Forum d’Alger des Frères Perret, ville où naquit Benoît en 1955.

 

La sculpture de Benoît Luyckx sur le parvis de l’Hôtel de Ville

 

 

Transporté depuis la Grèce, le bloc de marbre trapézoïdal est travaillé dans la carrière de Belgique, à côté du bloc de pierre bleue dont il est extrait. Luyckx travaille les deux monolithes de plusieurs tonnes couchés au sol. Il les coupe, les burine, les cisaille, les taillade, les rugueuse, les ponce, les lisse, les polit… On imagine l’artiste meuleuse en main opérant sur son bloc de marbre, le corps et le visage protégé comme un chirurgien avec son scalpel.  

 

La modestie de Benoît Luyckx va en souffrir, mais comment ne pas évoquer ici Rainer Maria Rilke, qui fut un temps le secrétaire particulier d’Auguste Rodin, quand il écrit que « l’artiste est celui à qui il revient, à partir de nombreuses choses, d’en faire une seule et, à partir de la moindre partie d’une seule chose, de faire un monde ». Luyckx a créé un monde, son monde… qu’est-ce qui fait que nous souhaitons y entrer ? Quelle magie se dégage de son œuvre pour nous figer et nous rendre songeur ? Quel sens a-t-il voulu donner à la beauté, cette beauté qui vient de l’amour du travail, cette beauté qui vient de la connaissance de la matière, cette beauté qui vient d’une approche du mystère de la vie…

 

Le sculpteur donne à voir la surface de la matière qu’il a travaillée, celle-ci est vue et sentie par tous ceux qui approche l’œuvre, mais sourd de l’intérieur de la matière, celle encore vierge et que l’artiste a respecté, qu’il n’a pas voulu ou qu’il n’a pas pu atteindre, sourd une force silencieuse… Ici c’est la matière qui est silence et à force de la travailler, le risque pour l’artiste est de la faire disparaître totalement, la réduire en poussière… alors c’est le néant. On pense au « Carré blanc sur fond blanc » de Kasimir Malevitch peint il y a cent ans, en 1918, et la « Grande Guerre » prenait fin le 11 novembre.

 

Vincent du Chazaud

28 novembre 2018


  • bas_lion