BILLET N° 132 – HUMEURS VIRALES

La croyance, c’est l’insuffisance, une forme de « suffisance » au sens que l’on donne à ce mot quand on parle d’un homme suffisant. Alors voilà qu’en ces temps incertains, on ne croit plus qu’en des rumeurs incertaines, que la science est regardée comme suspecte par certains, que seules les nouvelles farfelues qui émanent de grossiers charlatans ou de faiseurs d’histoires invraisemblables sont dignes d’être crues.

Voilà, depuis hier soir, et jusqu’à une date encore inconnue, on va vivre en vase clos, au ralenti. L’économie capitaliste, expansionniste, insatiable y résistera-t-elle ? Il aura fallu au gouvernement jongler entre un certain nombre de morts « supportable » et une certaine récession économique «vivable »… Le capitalisme va en prendre un sacré coup. Ce système  aux pieds d’argile et au corps de baudruche, va-t-il exploser de son ventre à l’appétit énorme ou va-t-il s’écrouler sur ses jambes friables ? Il peut aussi vaciller en perdant un peu de poids et de sa superbe.

Il en va du Capital comme de l’Etat : « Personne n’apprécie particulièrement l’Etat, mais sans Etat qui assurera notre sécurité ? » questionne l’universitaire Gergi Derluguian[1]. L’Etat qui, historiquement, représentait la caserne, la prison, l’impôt, c’est-à-dire la guerre, la répression, la contribution, est devenu aujourd’hui le garant de la paix sociale. L’Etat, dans les démocraties libérales, est devenu une institution sociale qui gère principalement la santé, l’éducation, le travail, l’armée perdant progressivement de sa suprématie dans les budgets. Derluguian conclut ainsi l’entretien qu’il donne au journal : « Si quelque chose advient, ce sera brutal et fondamental tout à la fois (…) Il est très possible que l’apparition d’une société nouvelle soit imminente, mais nous ne parvenons pas à nous la figurer, alors même que ses composantes sont déjà là. Nous cherchons notre avenir à tâtons, et tout l’enjeu (c’est vraiment la mission de l’histoire appliquée) est de prévenir du pire. Ou peut-être le pire est-il là où nous ne l’attendons absolument pas, là où les élites pourraient faillir et tout gâcher (…)  Il est impossible de prédire l’avenir : tout est devenu trop compliqué. »

Avec l’arme nucléaire et sa dissuasion, tant qu’elle reste entre des mains « saines »,  la menace d’une nouvelle guerre mondiale s’est amenuisée, voire même a disparu, remplacée par des conflits locaux, sortes de vendettas sanglantes, de conflits frontaliers limités, où la terreur auprès des populations est au centre de la cruauté. Les révolutions elles, au sens d’un changement radical de société et pas seulement de pouvoir, sont reléguées aux livres d’histoire, ne serait-ce que par manque d’idéologie radicale neuve, sinon celle écologique mais encore pacifique. La masse « prolétarienne » sur laquelle les idéologues marxistes tentaient d’instiller la révolte pour améliorer sa condition n’existe pratiquement plus, ou en si petit nombre que leurs revendications passent inaperçues, en dehors de quelques pics de fièvre comme récemment la réforme des retraites. Si une révolution reste encore possible, ce serait dans des pays autoritaires fortement prolétarisés, comme la Chine ou l’Inde, qui fournissent les pays « riches » en produits manufacturés à bas prix, en exploitant un sous-prolétariat dans des usines avec la complicité du capitalisme occidental. Alors la crainte d’un bouleversement, du moins pour les démocraties, vient de l’intérieur du corps social des élites : le risque de l’élection d’un « électron libre » de la politique, un bateleur suffisamment riche pour corrompre une frange de cette élite et manipuler des électeurs déboussolés et déçus par les partis traditionnels. Hier Hitler, un dérangé mental, a accédé au pouvoir démocratiquement, comme Trump ou Poutine aujourd’hui sans proportion gardée …

Vincent du Chazaud, le 15 mars 2020  

[1] Gergi Derluguian, russe d’origine arménienne, professeur à la NY University d’Abou Dhabi, article dans « Courrier international » n°1530 du 27/02/20 au 04/03/20, « Nous devons revenir aux théories anarchistes d’autogestion ».